Jeep, revue de détails

Phare de black-out :
Afin de ne pas être repéré par l'ennemi pendant une attaque aérienne nocturne, les phares des Jeeps étaient initialement occultés.
A partir de février 1942, le phare de black-out fait son apparition. Il dispense un faisceau lumineux très étroit. Tellement étroit que l'on n'y voit rien ! Il est complété par les "yeux de chat", petits projecteurs situés en dessous des phares. Lors de la circulation en convoi, ces derniers devaient se réfléchir dans les catadioptres du véhicule de devant. A condition de rouler à une distance strictement réglementaire.
A noter : Le phare d'origine Willys est de forme arrondie (photo du haut), le phare Hotchkiss est plus anguleux (photo du bas).


Calandre :
La calandre en fer plat (à gauche) qui équipait les premières Jeeps a été abandonnée à partir de mars 1943 au profit d'une calandre en tôle embouti (à droite).
Cette modification, à l'instigation de Ford, facilitait la fabrication.

Les yeux de chats :
Il s'agit d'un éclairage de black-out, qui vient en complément du phare de black-out situé sur l'aile gauche (photo en haut à gauche).
En convoi, à distance correcte les yeux de chat sont censés se réfléchir dans les catadioptres du véhicule qui précède.
Puisque ce système est totalement inutile et inefficace, on peut avantageusement le détourner en utilisant ces projecteurs comme clignotants.
En ce qui concerne les Hotchkiss M201, elles ont été dotées par l'armée française de clignotants comme sur les trois photos ci-contre. Je trouve qu'il est de meilleur goût de les supprimer, surtout si l'on maquille une M201 en véhicule de la 2GM.

Chassis :
Le châssis diffère entre les modèles Willys, Ford et Hotchkiss.
Sur les Willys la traverse sous la calandre est cylindrique et les supports d'amortisseurs sont carrés (photo du haut).
Chez Ford, la traverse est en U inversé, les supports d'amortisseurs sont arrondis (photo du bas).
Pour les Hotchkiss, le châssis est identique à celui des Willys avec en plus des renforts sur le coté interne des longerons.

Volant :
Eh oui ! Même le volant a été "francisé" par Hotchkiss.
En haut il s'agit bien sur du volant d'origine, reconnaissable à ses trois branches, très fines et en fer.
Au milieu, en bakélite verte a équipé les Ford en 1943.
En bas, il s'agit du volant Hotchkiss, entièrement recouvert de bakélite et d'aspect beaucoup plus massif (surtout en ce qui concerne le moyeu).
On m'a signalé un autre type de volant, également entièrement en bakélite mais le cerceau est granuleux au touché. Ce volant aurait été installé sur les jeeps reconstruites dans les années 70-75.

Outils de pionniers :
La cognée et la hache, prévus dans le cahier des charges sous l'appellation d'outils de pionniers, seront installés sur le coté gauche de la Jeep à partir d'août 1942.
Sur les Jeep US les manches sont vernis, les parties métalliques peintes en noir ou en vert.
Sur les Jeep françaises les outils sont entièrement peints en kaki.


Support de jerrycan :
Le support de jerrycan a été installé afin d'accroître le rayon d'action du véhicule.
Il a fait son apparition à partir de mars 1943 en lieu et place de la marque du fabriquant qui était jusqu'alors embouti à l'arrière gauche de la Jeep.


Jerrycan :
Cet accessoire, inventé par les allemands (Jerry = surnom donné aux soldats allemand par les anglais ; Can = bidon), a rapidement été adopté par tous les belligérants durant la seconde guerre mondiale.
Les jerrycans allemand, anglais et français d'après guerre sont identiques à quelques détails près (entre autre les marquages).
Les jerrycans US sont particuliers : le jerrycan essence possède un bouchon qui se vise (à droite) et le jerrycan à eau se ferme grâce à une poignée et l'ouverture d'un diamètre plus grand permet un nettoyage plus facile (à gauche).


Porte fusil :
Il prend place en dessous du pare-brise à partir de 1943 afin d'y loger une carabine calibre 30 court (US M1) ou un Garand.


Rétroviseurs :
Cet accessoire a lui aussi subit une francisation malheureuse.
En effet pourquoi avoir modifié le discret rétroviseur circulaire type US par un énorme rétroviseur rectangulaire ?
La visibilité est-elle vraiment meilleure ?


Embase d'antenne :
Voici à mon avis les deux modèles les plus courants, la MP65 (à droite) et la MP48 (à gauche).
Si la MP48 est plus remarquable, la MP65 présente l'avantage d'être moins coûteuse (compter 150 F maxi.)


Cabestan :
Il permet une traction d'environ 2 tonnes. La prise de force s'effectue au niveau de la poulie de vilebrequin.
Il s'agit de l'unique prise de force installée durant la guerre sur la Jeep. Les prises au niveau de la boite de transfert, pour les treuils mécaniques, ont toutes été installées après-guerre et pour des besoins civils.
Le montage du cabestan était systématique sur les GPA (amphibie)


Culasse :
La culasse d'origine Willys est goujonnée alors que la culasse Ford est boulonnée (photo du haut).
De plus le bloc moteur chez Willys est de couleur verte alors qu'il est gris chez Ford.
Chez Hotchkiss la culasse est goujonnée et elle dispose de nervures entre ces derniers (photo du bas).
L'utilité de ces nervures n'est pas claire. Pour certains il s'agit d'un renfort, pour d'autres cela permet de faciliter la rectification de la culasse.

Allumage / Bougies :
En haut on peut voir l'allumage classique (6 volts en général, parfois 12 volts pour les Jeeps radio).
En bas il s'agit d'un circuit d'allumage « blindé » c'est à dire étanche.
Ce montage, en 24 volts, est typique au modèle Hotchkiss M201.


Porte-bagagges :
Pour pallier au manque d'espace lorsque la Jeep était en campagne, des porte-bagagges ont été adaptées sur l'arrière du véhicule.
Les différents modèles ont tous en point commun de libérer l'espace "intérieur" du véhicule au profit des passagers.

 


Desert cooling kit (vase d'expansion) :
Ceux qui roulent en Jeep par une chaude journée d'été connaissent le syndrome de la "flaque d'eau" lorsqu'ils s'arrètent.
Le liquide de refroidissement, dilaté par la chaleur s'évacue par le trop plein du radiateur directement sur la chaussée.
Dans le désert, perdre de l'eau n'était pas concevable, d'ou l'adaptation de ce vase d'expansion qui récupère le trop plein et l'évaporation avant de la réinjecter dans le circuit lorsque la température baisse.

Les jantes :
A chaque époque sa jante, la première a été fabriquée à partir de 1942 et jusqu'en 1945.
Elle se déboulonne afin de pouvoir remonter "facilement" un pneu crevé après l'avoir garni de divers matériaux (vétements...) et ainsi continuer de rouler.
Cette jante est relativement lourde et certain lui repproche une tenue de route hasardeuse.
La seconde a équipée les M201 (1955), elle est constituée par un voile plein et elle est relativement robuste.
La dernière équipait les M38 et contrairement à la jante Hotchkiss, elle est légèrement ajourée.

Demi-porte :
L'unique utilité de cet accessoire de "confort" est d'offrir une maigre protection contre les éclaboussures.
En 1944 il ne sera d'aucune utilité pour lutter contre le climat glacial des ardennes.
L'armée française soucieuse du confort des équipages adoptera un capotage hiver doté de véritables portes en toile.



A SUIVRE...

 

Imprimer E-mail

All for Joomla All for Webmasters