Le Chevrolet de Guy (alias M38Bill) - Mise à jour 24/11/2009

Souvenez-vous, il y a quelques mois je vous parlais du sauvetage d'un Chevrolet G7107 chez nos cousins québécois (voir l'article).
Et bien depuis l'achat notre ami Guy n'a pas chômé comme vous allez pouvoir le constater. Mais je lui laisse la parole pour nous exliquer tout cela...

 

 


24 août 2009,

Les travaux sur mon Chevrolet avancent comme prévus et le week-end dernier, moi et François nous nous sommes attaqués au différentiel avant avec toutes les composantes qui s'y attachent. Il a fait encore chaud samedi mais la journée d’hier était excellente pour la réalisation des gros travaux mécaniques.

Mécaniquement, un Chevrolet G7107 c'est comme une WWII jeep... en plus gros et lourd toutefois ce qui exige d'employer autre chose que la seule force des bras pour soulever les grosses pièces.

Toutes les lames ont été démontées, nettoyées une à la fois avec une brosse industrielle, peintes et remontées. C’est vraiment une sale job à faire et je ne vous raconte pas de quelle couleur était l’eau de la douche le soir même. « Oui! Je sais Guy, nous sommes des cliss de malades mais y va faire son criss de beau p’tit truck… Ha, Ha, Ha!!! »


Hé François, c'est la peinture que tu prépares ou bien la soupe ???

Le compresseur pour les gros travaux de sandblast. Vraiment un bon investissement et ça ne limonne pas avec cette machine.

Concernant le sandblast, PFOU! J’ai passé pas moins de 15 heures et 25 poches de sable à tout décaper le frame par une chaleur de plus de 30 degrés Celsius.
Le plus dur a été le dessus du frame où la rouille était plus incrustée.  Y a également pas mal de cross-members et de brackets tout le long du frame si bien que cela était difficile d’avoir accès à tous ces racoins.

Samedi soir, après avoir pris une longue douche froide, on est allé souper au restaurant de la marina sur le bord du lac Témiscouata où demeure François et « cliss » que la bière était bonne.
Après, on est allé faire une p’tite balade en jeep pour se faire aérer les dessous de bras… Ha, ha, ha!!!
Dimanche, j’ai appliqué deux couches de « primer » époxy et ensuite deux couches de peintures OD. Je suis vraiment content du résultat et le travail de reconstruction peut dorénavant aller de l’avant.

« Dis-moi François, le yoke va-t-il vers l'avant ou vers l'arrière?" » Ben quoi? Faut bien rire un peu… Ha, Ha, Ha!!!

Le différentiel avant est réinstallé et, pour paraphraser notre collègue Guy M, ça commence à ressembler à un truck.

Ne vous en faites pas, le différentiel a bien été installé dans le bon sens...Ha, ha, ha!!!

En fin PM, j’étais dans un état contemplatif avec la conviction que je venais d’atteindre l’autre versant de la montagne.  Le pire de la job est maintenant fait et dorénavant, ce sera du gâteau.


31 Août 2009

Les travaux sur mon Chevrolet G7107 se sont poursuivis le week-end dernier.
J'ai finalement terminé de sandblaster les lames de ressorts ainsi que le différentiel arrière et François s’est appliqué à les repeindre.
On a réinstallé ces pièces sur le frame samedi soir si bien que j'ai manqué de temps pour prendre quelques images.
Anyway, ce sera pour le prochain message qui relate les fantastiques aventures de M38Bill.
Entretemps, on a eu du temps pour sandblaster et repeindre le transfert case. Vous trouverez plus bas deux images de cette pièce importante du camion.

Voici également des images du moteur qui est en voie d’être entièrement reconstruit. Si je peux trouver un autre moteur 261 pc pour cannibaliser les pièces qui manquent nous allons pouvoir enfin le fermer et le faire démarrer tout doucement afin de vérifier si tout est OK de ce côté.

Je suis rendu à l’étape où je dois acheter quelques pièces pour terminer la réfection des freins et la remise en place des tambours de frein.
Mécaniquement, les différentiels sont dans un excellent état et seuls deux oil seals doivent être changés sur le différentiel arrière.
Pour le reste, tout est parfait et il ne reste qu’à remettre de la graisse neuve.
Au niveau du sandblast, il va me rester à décaper les roues et il va falloir employer préalablement la tactique du brûlage de la peinture pour réussir à les décaper. La peinture est comme du verre et le sable rebondi sans cesse sur cette surface. Il n’y en aura pas de facile.


28 septembre 2009

Je viens de passer un autre week-end à travailler sur mon camion en compagnie de François.
Les travaux avant très bien et la température était idéale pour travailler à l’extérieur et décaper les grosses pièces au sandblast.

La semaine dernière, François s’est amusé à tout démonter la transmission et à la nettoyer de fond en comble. Les gears et bearings sont dans un parfait état et seul le seal de sortie a été remplacé par un neuf. J’vous le dis les gars (les filles aussi évidemment), c’est comme une jeep mais en plus gros avec deux vitesses en plus. Durant l’avant-midi de samedi, pendant que je passais au sandblast les drums de brakes, les driving-shafts et le bell housing, François a tout remonté la transmission et lui a appliqué une couche de primer époxy et de peinture OD par la suite. Plus tard dans la journée, le soleil ayant suffisamment réchauffé la température ambiante, toutes les composantes qui ont été sandblastées le matin ont été primées et peinturées samedi en fin d’après-midi.

Hier, on a remis en place les driving-shafts avec des joints universels neufs de marque Spicer.
Il ne manque plus qu’à mettre en place le dernier driving-shaft qui relie la transmission au tranfert-case. Mais là, il faut remettre le moteur et la transmission en place ce qui devrait se faire le week-end prochain.
Nous avons également complété de remonter les cylindres, sabots et drums de brakes. On a eu un petit retard dans l’avancement des travaux car il a fallu démonter l’une des back-plates du différentiel arrière car la pièce qui permet l’ajustement des brakes était usée si bien qu’elle ne pouvait plus entraîner le mécanisme d’ajustement du cylindre de brake.
Également, comme il fallait s’y en attendre, on a tenté en vain de démonter les vieux pneus qui étaient encore sur les roues. C’était évidemment indémontable et on a réussi à en démonter un en utilisant une scie découpe tout pour tailler le pneu en pièce. Ceux qui reste à démonter vont être amené chez un vendeur de pneus industriels qui a la machine adéquate pour les gros travaux de démontage.

Les prochaines étapes deviennent très intéressantes à réaliser. J’ai commandé mes six pneus 750x20 chez Sylmar Auto Ville à Hawkesbury et je vais aller les chercher cette semaine.
Concernant le moteur, il est presque entièrement remonté et aussitôt que j’ai en main la clutch et la pressure plate, on réassemble le tout avec la transmission et on les met à leurs places sur le frame.

Comme vous le voyez sur la dernière image, il commence à faire son criss de beau p’tit truck.


24 novembre 2009

Une première étape a été complétée le week-end dernier.

Presque toutes les parties mécaniques de mon camion viennent d'être réinstallées sur mon Chevrolet G7107.

Il ne reste plus qu'à faire démarrer le moteur pour s'assurer que tout est OK de ce côté là.

Aux cours des prochaines semaines, je vais entamer le sheet metal work (tôlerie).

Parmi les images, vous reconnaitrez notre ami François qui s'amuse à prendre une pose typique de l'ambiance de garage

 

 

 

 

 


A suivre...

Imprimer E-mail

All for Joomla All for Webmasters